Une gigantesque base de données publique au secours de la recherche contre le cancer

La lutte contre le cancer est une bataille difficile, principalement parce qu’il n’en existe pas qu’un seul type, et que chaque variante de la maladie nécessite un traitement spécifique. Grâce à la mise en place d’une grosse base de données génétiques et cliniques, la tendance actuelle de ce combat complexe pourrait bien s’inverser.

Genetic Database

(Crédit photo : Reuters/Phil Noble)

On a souvent tendance à l’oublier, mais « cancer » est un terme qui regroupe quelques deux cent variétés de maladies impliquant une croissance anormale des cellules dans notre corps. Sans compter qu’un même type de tumeur peut être le résultat de mutations différentes d’une personne à l’autre.

Et c’est là toute la difficulté des scientifiques et médecins qui tentent au quotidien de développer de nouveaux remèdes et traitements contre la maladie : tous les cancers sont différents et une approche thérapeutique efficace dans un cas particulier, ne le sera pas forcément de manière générale.

Pour les aider à y voir plus clair, le GDC (Genomic Data Commons), la plateforme d’échange de données du US National Cancer Institute, a décidé de combiner les deux plus grosses bases existant sur le sujet : celle du Cancer Genome Atlas et celle de TARGET.

L’idée, c’est de permettre aux chercheurs d’avoir non seulement accès à une gigantesque mine de données sur le sujet (on parle ici de 440.000 DVD, soit 2 pétaoctets de données génomiques et cliniques), unifiée, mais également, via des algorithmes spécifiques, de leur permettre d’en tirer des analyses plus pertinentes et plus adaptées aux nombreuses variantes de la maladie. Et donc de mieux soigner tout en faisant progresser la recherche.

Un pas de plus vers une médecine de plus en plus personnalisée, « taillée sur mesure », et sans conteste un outil précieux pour espérer venir un jour à bout de cette saloperie de crabe. Il serait temps…

A noter, pour ceux qui veulent tout savoir, que le projet s’intègre dans la National Cancer Moonshot Initiative, instiguée par le président Barack Obama lors du « state of the union » de janvier dernier.

Source : communiqué de presse de la Maison Blanche (via Quartz)

Vous devriez également aimer…

Commentaires
  1. C'est une bonne nouvelle, ça avance également du côté du dépistage par prise de sang (biopsie liquide), avec une prise en charge plus tôt dans la maladie, et pour permettre des suivis plus régulier (et plus simple).

  2. Bonne nouvelle :slight_smile: ...mais encore faut-il s'attaquer aussi à certaines causes du cancer, et non pas seulement à leurs conséquences. C'est-à-dire la pollution chimique dans la nourriture, dans l'air, dans la terre etc...

  3. Merci Fask pour cet news, étant parmi les qq GZ qui font de la recherche contre le cancer, en particulier sur le mélanome. Je me sers de cet outil pour faire de la prospection in silico depuis plus d'un an (essentiellement sur la base TCGA) et encore pas plus tard que vendredi soir... En gros il me permet de vérifier qu'une combinaison particulière de gènes délétères altérés (par mutation, délétion ou amplification) que je suspecte d'être possiblement un événement précoce dans la cancérogenèse (naissance du cancer) est bien présent dans des cancers évolués.

  4. C'est pour ça que je kiff la zone

2 autre(s) commentaires