Test de la Nespresso Vertuo : le goût du risque

Je vois vos têtes d’ici… “Quoi ? Un test de machine Nespresso sur Geekzone ? Mais pourquoi ?” Si on met de côté mon pseudo, qui reste un bon indice de l’intérêt que je peux porter à ce genre de produit, la raison est plus simple et en relation directe avec les sujets du site. La Vertuo, c’est l’exemple parfait du produit à la réalisation impeccable, au marketing ”What Else” imparable et qui pourtant souffre d’un léger problème : cette merveille de modernité a un peu oublié son job en chemin.

Nespresso Vertuo Machine

Pour rassurer les amateurs de théories conspirationnistes, précisons le contexte de ce test : bon client chez Nespresso depuis des années, j’ai décidé de profiter d’une promo pour m’offrir cette machine, nouveau modèle d’une gamme déjà en vente depuis deux ans aux États-Unis. Au-delà du prix (150 euros au lieu des 250 demandés normalement), la promesse de la Vertuo est en adéquation parfaite avec mes goûts d’amateur de cafés longs. Loin d’être un ayatollah de l’espresso ultra serré, je suis très friand de la gamme Lungo chez Nespresso. Et je suis du genre à en faire parfois deux dans un mug. Vous comprendrez que les 230 ml de café de la Vertuo m’ont rapidement séduit.

Et la Centrifusion® fut

Centrifusion, c’est le petit nom de la méthode employée par ces machines pour extraire les arômes du café. On se retrouve après la vidéo promo qui a le bon goût de bien présenter cette tech et une autre qui explique comment se faire un kawa ➜

Au menu, de la rotation, de l’eau, des nouvelles capsules (bien brevetées, adieu les copies sur ce modèle pour le moment), et un résultat visuellement très plaisant, avec un créma généreux. C’est une constante dans tous les tests que j’ai regardés sur le Net : on parle de la discrétion de la machine (par rapport aux Nespresso classiques), du fonctionnement et du résultat visuel, très réussi. Et après mes propres tests, tout cela est vrai. Démonstration en quelques vidéos moches ➜

Papilles frustrées

La qualité de ce produit repose aussi sur des détails, comme l’utilisation du bac de capsules usagées. Il se replace toujours du premier coup sans vraiment avoir besoin d’y faire attention. Les matériaux utilisés jouent aussi sur cette perception de luxe que la marque veut véhiculer. Bref, à la sortie du carton, c’est le sans faute : on a une machine réellement bien pensée, d’une facilité d’usage incroyable et le premier café est aussi beau que dans les pubs.

Et là, c’est le drame. Enfin pour certains, dont je fais malheureusement partie. Car au moment de déguster tout ça, les impressions varient grandement. Certains trouvent les arômes préservés malgré la quantité d’eau utilisée, d’autres sont plus sceptiques. Dans mon cas, hors cafés aromatisés (vanille, noisette, etc.) j’ai parfois presque l’impression de déguster une délicieuse tasse d’eau chaude. Et pourtant je suis du genre à en rajouter, de l’eau chaude ! J’apprécie même d’allonger un café fait à l’Aeropress

À gauche, un mug de Vertuo, à droite, un expresso classique. Pas de doute, Nespresso maîtrise la mousse. Mais en fait peut-être une priorité au détriment du goût…

Après avoir testé tous les formats et toutes les capsules que j’avais sous la main (pratiquement toute la gamme), mon verdict – fatalement très subjectif – est sans appel : la Centrifusion ne fait pas un café qui séduit mes papilles. Même les expressos me déçoivent, alors que la quantité d’eau est strictement la même que dans les machines classiques. Ma frustration devant ce produit qui devait justement parfaitement me convenir est totale. Ça sera peut-être loin d’être le cas pour vous. Le seul moyen de le découvrir, c’est de tester la chose en personne et de mettre en action vos papilles adorées. Ce qui peut se faire en magasin Nespresso ou simplement en commandant la machine, car comme à son habitude, le service client de la marque est impeccable (Edit : attention, il semble qu’ils n’acceptent plus le retour des machines utilisées !). Dix jours plus tard, machines et cartouches de capsules restantes sont reparties chez eux via coursier, et ma commande sera intégralement remboursée d’ici un mois. Et moi, j’ai commandé une cafetière à l’ancienne au Père Noël pour mes envies de citerne de kawa du matin.

Vous devriez également aimer…

Commentaires
  1. C'est clair, on va se croire sur Cafzone si ca continue !
    Voila c'était juste pour flooder.

  2. Et de la pollution que ca génère.... c'est une catastrophe. Je plussoie les machines à moulin intégré (et le marc de café est compostable!)

  3. Si tu es toujours à Levallois, c'est traité directement si mis dans les bacs de recyclage ( bleus ? ils sont pas jaunes normalement ?). Donc plus d'interet a les faire reprendre par coursier.
    Ce n'est pas le cas partout . info sur ce site : http://www.ecoemballages.fr/grand-public/trier-cest-facile/le-guide-du-tri , il reconnais "Capsule nespresso" , mais par contre "Bloody Levallois" , il connait pas , c'est le code postal qu'il faut mettre

  4. Attention ce n'est pas de la mousse c'est la crema malheureux!
    Si tu veux découvrir un autre monde avec des gens qui font un peu peur, je te conseille ce thread.

  5. Je partage la déception de tous. Par contre :
    - la finition : plastique :unamused:
    - la crema : inexistante :scream: à la place une mousse qui disparaît en qques minutes !
    - SAV : une fois la machine déballée, plus rien à faire. Vous l'aurez sur les bras pour le restant de vos jours !

    Test et comparatif ici : https://youtu.be/tHpVlZm2GTM

    Photo en pièce jointe :

63 autre(s) commentaires