Compresser des images sans comprimer son porte-monnaie

Si je suis le premier à chanter les louanges des petits utilitaires payants de haute volée que l’on trouve sur macOS, en fustigeant au passage la pauvreté de l’offre Windows (sans parler de Linux), il faut parfois aussi dénoncer les softs qui frisent l’escroquerie pure et simple. Mais en préparant ce papier, j’ai décidé de faire efficace : les solutions sont au début, et mon coup de gueule en dessert. À déguster si vous avez le temps, avec quelques résultats comparatifs. Mais au fait, pourquoi compresser des images ? En général, pour se faciliter la vie et celle de / des personne(s) à qui sont destinés ces visuels. Par exemple, les illustrations de GZ passent à la moulinette pour optimiser les temps de chargement et ne pas surcharger inutilement notre serveur et votre connexion. Et c’est une bonne idée de faire la même chose avant de partager votre dernière oeuvre sur le forum !

ImageOptim Web

Attention, on ne parle pas ici des fonctions “export pour le Web” des différents logiciels de retouche d’image qui existent sur le marché. Nope ! Il est question de softs qui sont censés faire encore mieux, à partir de ces exports !

Sur Mac, le meilleur utilitaire, de loin, intouchable depuis bien longtemps, se nomme ImageOptim. C’est la perle du secteur, tous OS confondus. Gratuit, open source et ultra efficace, même s’il a tendance à mouliner longtemps avec les PNG. Il fonctionne avec les GIF (mais attention à la qualité) et combine en fait des outils différents (7zip, MozJPEG, etc.) dans une interface agréable, qui permet de drag & drop les fichiers à traiter. Un soft que j’aime d’amour et le complément indispensable de chaque article que j’écris pour le Web. Indispensable si vous avez un Mac.

Automator

Automator a perdu son gourou, mais je doute qu’Apple soit assez stupide pour ne plus supporter ce soft fantastique, qui permet d’automatiser toutes sortes de choses. Chaque logiciel de votre Mac peut mettre à sa disposition certaines fonctions, ce qui le rend incroyablement puissant.

Mieux, il existe une version en ligne de commande de ce soft, qui permet de l’intégrer dans Automator. Je me suis donc bricolé un script qui permet de changer la taille d’une photo si elle dépasse un certain point, la compresse au petit oignon et la range dans le dossier kivabien™. Le bonheur. Attention tout de même à vos fichiers photo qui utilisent les métadonnées pour gérer leur rotation par exemple. Si vous effacez ça, il faudra les retoucher !

Automator Script

Je glisse mes fichiers sur ce script, et hop, terminé.

“Oui, mais j’aime pas les pommes”

La page “Other Versions” d’ImageOptim est une mine d’or pour vous. Sous Linux, Trimage avoue s’être totalement inspiré de ce soft Mac, et c’est tant mieux. C’est peut-être « juste » une copie, mais c’est une perle dans la trousse d’utilitaires de tout amateur de pingouin. Il fonctionne également en ligne de commande : à vous la joie des scripts magiques.

Sous Windows, FileOptimizer est cité et fera votre bonheur. C’est momoche, mais efficace puisque basé sur les mêmes libs. Et toujours gratos et open source ! On peut aussi détourner de son utilisation File Converter, mais ce n’est pas son vrai boulot, même si je pense que son développeur se fera un plaisir de rajouter une corde à l’arc de son bébé, déjà si pratique.

Tir au pigeon

Voilà, vous avez une solution de qualité par OS majeur, et je compte sur vous pour partager vos trouvailles et bidouilles maison. Maintenant, passons aux deux lascars qui m’ont motivé à écrire ces lignes… *craquement de phalanges*

Squash Store

Squash fait partie des outils disponibles dans Setapp, ce qui était l’occasion idéale pour tester ce soft, dont j’avais eu de bons échos. Sur le papier, c’est le genre de tool qui peut vraiment dépanner tout utilisateur de Mac qui bosse avec des images à publier sur le Web. Il sait compresser sans perte les PNG et JPG (comme notre pote ImageOptim), mais il est également capable de convertir PNG, TIFF, RAW et PSD en JPG. Ça peut servir. Il sait aussi gérer tout ça par batch, c’est la moindre des choses. En revanche, la gestion des GIF est absente depuis la dernière version (2.0.2) pour une histoire de licence, et la gestion des métadonnées côté PNG est obscure, puisque contrairement aux JPG, aucun paramètre n’est disponible pour les garder ou les effacer.

Spoiler alert : je ne suis pas fan des productions Realmac, qui sont souvent bien plus sexy sur leur site de présentation qu’à l’utilisation. Et malheureusement, ça se confirme avec Squash. Il rajoute du bling-bling, avec une animation et des sons horribles (heureusement désactivables) pendant le traitement des images, mais pour le reste, quelle déception. Certes, la conversion peut rendre service, mais à 20 euros, encore heureux ! Ça en fait le soft le plus cher du genre. Un outil graphique complet comme l’excellent Acorn n’en coute que 10 de plus… Et les résultats ? Sans surprise, il ne fait pas mieux que le très gratuit ImageOptim, que ce soit en vitesse de traitement ou taille finale. Pire, j’ai eu plusieurs crashs quand j’utilisais la version précédente, un problème jamais rencontré avec ImageOptim. Bref, gardez vos brouzoufs ! Surtout que les fonctions de conversion, ça se bidouille sous Automator en 2 minutes !

Teeny Tokyo Store

Teeny Tokyo est une autre histoire… Codé par le même programmeur indé que Desk 3, un éditeur Markdown dont j’attends la nouvelle version pour savoir si je dois l’étriller dans ces colonnes ou pas, il ne coute “que” 5 euros. Il propose de changer la taille de vos images à la volée, effectuer des rotations basiques (90° CW ou CCW, 180°), renommer les photos et vous laisse choisir le degré de compression ainsi que le dossier de sortie. Bref, rien qui ne soit pas faisable avec Automator et ImageOptim. Mais le vrai problème, c’est qu’il est impossible de faire des batchs mixtes : toutes les images sortiront soit en PNG, soit en JPG. Aucune option pour garder le format d’origine.

Ah pardon, son vrai vrai problème, c’est qu’avec des paramètres de compression plus agressifs que ses concurrents, les fichiers restent d’une taille largement supérieure. Voire supérieure à la taille de la source… La bonne blague ! OK, le traitement est plus rapide, mais ce n’est pas ce qu’on lui demande ! Oops, j’avais oublié : le vrai vrai vrai problème (désolé), c’est cet horrible CHOMP CHOMP CHOMP, un bruitage de dino qui mâchouille pour faire “rigolo”, vu que “Teeny Tokyo” c’est une référence à Godzilla Teeny, la mascotte du truc. Humour, haha, super. Oukilé le bouton pour DÉSACTIVER CETTE MERDE ? Ah bha y’en a pas…

Compressé avec ImageOptim…

Pas updaté depuis décembre 2015, il s’offre en plus le luxe de planter sans raison sur certaines images. Bref, poubelle, achetez des viennoiseries, ça sera plus efficace sur votre humeur au boulot…

En prime, ces deux softs payants offrent moins de paramètres qu’ImageOptim côté réglages de la qualité des JPG et PNG.

Compression Images Scores

Compresser des images, c’est un métier. Et clairement, ce n’est pas celui de Teeny Tokyo… (Scores avec réglages « Lossy » réglés à 80% partout)

Ces 2 “perles” rejoignent donc Tublme for Tumblr (qui ne sait plus poster sur Tumblr et plante au moindre clic droit sur une photo…) dans ma liste des trucs payants ultras buggés et/ou sans intérêt en regard des outils gratuits disponibles. Heureusement qu’Apple est censé faire le ménage dans ses stores “incessamment sous peu”. On sait tous que ça ne sera pas suffisant, mais l’espoir fait vivre et ça ne sera pas pire que chez Google… D’ici là, on sera fidèle au poste pour vous prévenir quand on tombe sur des ratages de ce calibre, sans parler de la communauté toujours présente pour enrichir nos conseils !

 


Note : cet article est l’équivalent de plusieurs pages de magazine. Il n’est possible de rédiger (ou plutôt écrire / réécrire / corriger / intégrer) des papiers de cette taille que grâce à nos soutiens PayPal, mais surtout à nos patrons. Oui, on sait, ce n’est pas le bon terme. Mais nous, ça nous fait rire. Et quand on reçoit des sous aussi, d’ailleurs. Du coup, merci à vous, qui mettez la main à la poche pour nous inciter à bien bosser ! Et si vous n’avez pas encore franchi le pas, pensez à soutenir Geekzone pour que nous puissions augmenter la cadence !

Vous devriez également aimer…

Commentaires
  1. Un article de @Cafeine parlant de soft et ne cherchant pas à s'en prendre à l'intégrité de mon portefeuille, c'est suffisamment rare pour être noté :wink:.

    J'aurai vite l'occasion de tester ImageOptim. Merci pour le conseil.

  2. J’ai fouillé les archives des mailing-lists internes du boulot parce que le sujet remonte régulièrement, et le consensus est ImageOptim pour mac et Trimage pour linux.
    Donc :+1:!

    Pour windows, PNGGauntlet est mentionné, mais pas de maj depuis 2012.... (la conversation datait de 2013). À essayer, si ça se trouve il y a juste pas besoin de faire des mises à jour parce que ça fonctionne?

  3. Wow, je viens de tester rapidement imageOptim sur une dizaine d'export de photos depuis Lightroom (JPEG 60% qualité). ImageOptim me reduit les tailles de fichier entre 20 et 30% en mode lossless.

    Si j'étais un ingénieur de chez Adobe, j'irai vite me cacher.

  4. Google vient de sortir un nouvel outil de compression JPEG nommé guetzli qui offre un gain de taille significatif (20-30%, voire 35% selon les sources) comparé à la bibliothèque libjpeg, au prix d'une consommation mémoire assez importante à l'encodage (300MB de RAM par megapixel d'image).

    C'est en ligne de commande, le code source et des exécutables sont disponibles sur la page du projet chez github.

    Vous trouverez quelques détails sur la technique utilisé par Google pour arriver à ce résultat dans cet article d'Ars Technica.

2 autre(s) commentaires