Honor of Kings, la drogue chinoise attaque l’occident

Honor of Kings ? La drogue chinoise ? Je vous vois, froncer les sourcils devant ce titre qui embaume l’appel du clic et qui parle d’un jeu que vous ne connaissez sans doute pas. Ça tombe bien, nous sommes là pour éclairer tout ça !

Honor of Kings - Strike of Kings

Honor of Kings est un clone de League of Legends en version mobile. Un MOBA donc, qui puise sa galerie de personnages jouables dans l’histoire chinoise, romancée pour l’occasion. Un clone si proche qu’on pourrait se demander où est le procès, si on ne réalisait pas rapidement que le propriétaire de HoK est aussi celui de LoL : le géant chinois Tencent, qui se cache aussi derrière WeChat, l’application de communication et services qui domine la Chine.

Quand je dis « calqué sur LoL », je suis peut-être en-dessous de la vérité…

La notion de drogue nous vient du gouvernement chinois, qui a forcé Tencent à imposer une limite de temps de jeu et de dépense en fonction de l’âge. Il faut dire que ce titre relègue Clash of Clans (également propriété de Tencent depuis son rachat de Supercell !) au rang de gadget qui rapporte de l’argent de poche. HoK c’est 200 millions de joueurs sur mobile et plus de 810 millions de dollars de revenus au premier trimestre 2017. Pour un total de 1,9 milliard… Pratiquement la moitié des revenus de la division jeux mobiles de Tencent sur cette période donc, alors qu’ils ont environ 200 titres dans leur catalogue. Rien qu’en Chine et sur iOS, ce jeu a rapporté 84 millions sur les 5 premiers mois de l’année. Chaque. Mois. 420 millions sans forcer…

Pour rester dans les petits papiers du gouvernement, Tencent a donc pris des mesures : les moins de 12 ans ne peuvent jouer qu’une heure par jour et pas après 21h. Entre 12 et 18 ans, la limite est de 2 heures. Et si vous n’utilisez pas votre vrai nom pour créer un compte et prouver votre âge, vous aurez les limitations des joueurs de moins de 12 ans…

L’herbe est plus verte ailleurs

Ces diverses mesures ne sont pas bonnes pour les affaires, évidemment. Tencent veut donc abreuver les jeunes hors de Chine de cette fameuse “drogue numérique”. Après Taiwan, Hong Kong, la Corée du Sud, la Thaïlande et la Turquie (où HoK est connu sous le nom de Strike of Kings), ce sont les États-Unis, l’Italie, l’Espagne, l’Allemagne et la France qui sont dans le collimateur de l’éditeur de Shenzhen. Vous allez me dire…

Oui mais bon, nous, les héros chinois… ça ne va pas nous passionner !

Évidemment et Tencent le sait bien. Ils ont déjà préparé des héros plus internationaux dans les versions actuellement disponibles hors de Chine. On trouve Van Helsing ou encore Batman dans ces castings, grâce à des partenariats avec Warner Bros. Interactive et DC Entertainment. Pas folle la guêpe.

Honor of Kings - Batman Strike of Kings

Mais sinon, c’est bien ce truc ?

C’est du Free to Play calqué sur LoL, simplifié, avec des parties plus courtes, et jouable partout. Autant vous dire que la cible potentielle est large. Surtout que la concurrence n’est pas folle. Le seul titre intéressant sur ce créneau en occident est l’excellent Vainglory, mais il est surtout adapté aux tablettes… Tencent a un boulevard pour imposer son titre à coup de gros marketing bien gras et venir piquer l’argent de poche des premiers addicts, qui souvent ne jouent ni sur console ou PC. Est-ce que ça mérite d’y passer des heures et d’y dépenser l’argent prévu pour son dej’ ? Non. Est-ce que c’est taillé pour vous pousser à le faire quand même ? Totalement. Vous voilà prévenus !

Oui oui, un orchestre pour la musique d’un jeu mobile.

Sources : 1 / 2 / 3 / 4 / 5

Vous devriez également aimer…