Netflix aime l’animation japonaise et annonce 12 séries et un film

Après un Castlevania relativement convaincant, Netflix continue de financer de l’animation japonaise à gogo. Pas moins de douze séries ont été annoncées pour les prochains mois lors de l’évènement “Anime Slate” organisé à Tokyo hier par le géant du streaming. Dont des reboots qui vont forcément faire parler d’eux, Chevaliers du Zodiaque et Devilman en tête.

Devilman Crybaby

Pour les Américains, c’est Devilman Crybaby qui est le fer de lance de cette annonce. Le classique de Go Nagai va être revisité sur 10 épisodes. Le pitch ? Un monde envahi par une ancienne race de démons, et évidemment, ça se passe moyennement bien pour nous. C’est prévu pour le printemps 2018 et le trailer est déjà disponible.

Pour nous, bon frenchies d’un certain âge (voire d’un âge certain), biberonnés aux émissions du service public, c’est la série dédiée aux Chevaliers du Zodiaque (Knights of the Zodiac: Saint Seiya) qui risque d’en crisper plus d’un, par peur d’un massacre de plus de la licence, qui a déjà souffert avec une version “Omega” plus que discutable. Un seul visuel et pas beaucoup plus d’infos, on jugera sur pièce ! Douze épisodes sont prévus.

Chevaliers du Zodiac Netflix

Le reste consiste d’un assortiment de séries japonaises licenciées comme “Netflix Originals” et de créations financées par Netflix en direct. Dans la première catégorie, on trouve Kakegurui, Cannon Busters (basé sur un comics US), Fate/Apocrypha (25 épisodes, diffusion le 7 novembre aux USA), Sword Gai: the Animation et Children of the Whales. Les trailers disponibles sont en fin de news.

Dans l’autre, on trouve des projets tout aussi divers. Baki parlera d’arts martiaux sur 26 épisodes, en suivant l’entrainement d’un combattant opposé à des prisonniers condamnés à mort (si si…). A.I.C.O Incarnation est géré par l’excellent studio Bones et la bande-annonce promet beaucoup.

Lost Song semble parler de chanteuses aux pouvoirs magiques (no comment), B: The Beginning risque en revanche d’être très intéressant puisque c’est Production I.G. (Ghost in the Shell) qui s’en charge. On nous promet du drama, de la SF et de la fantasy… J’achète.

Godzilla: Planet of the Monsters est le film qui clôture cette vague d’annonce, mais il fera un tour par les salles obscures japonaises en octobre avant d’arriver sur les serveurs de Netflix, ce qui est plutôt rare dans les offres de la marque américaine, qui décidément, est condamnée à investir massivement sur tous les fronts pour s’imposer. Si ce sujet vous intéresse, je vous conseille du reste de lire cet excellent papier sur le modèle économique de Netflix.

Children of the Whales Trailer

Vous devriez également aimer…

Commentaires
  1. Je… de… what ? What ? WHAT ?
    Bon OK, c’est un peu vrai. Mais quand même…

    [ prend son déambulateur pour aller pleurer dans un coin ]

  2. Le meilleur truc venu de saint seiya c’est la version abrégée, ça en dit long.

  3. Non, le meilleur truc de Saint Seya, c’est la bande originale. Ça fout la patate quand on doit corriger un bug récalcitrant au boulot :sweat_smile: Par contre le problème c’est qu’apres j’ai trop envie de monter des escaliers en courant :rofl:

4 autre(s) commentaires