La saga Marvel Studios, 27e partie : Spider-Man: Far From Home, vacances à Venise

Il y a un peu plus de trois ans, en mai 2016, Peter Parker tissait pour la première fois sa toile dans le Marvel Cinematic Universe, via un petit rôle dans Captain America: Civil War. Un an plus tard, en juillet 2017, il inaugurait fièrement sa propre franchise, avec un Spider-Man: Homecoming produit main dans la main par Marvel Studios et Sony. Aujourd’hui, Far From Home relève le délicat double défi de confirmer l’essai du premier opus, tout en offrant un épilogue satisfaisant à une longue Phase 3, et plus particulièrement aux événements traumatisants d’Infinity War et d’Endgame.

Spider-Man: Far From HomeAvertissement : comme d’habitude avec nos dossiers sur le MCU, on va sans aucun doute spoiler un paquet d’éléments importants des derniers films produits par Marvel Studios. Si vous n’êtes pas à jour, on vous invite chaudement à mettre cet article de côté et revenir le lire quand vous aurez enfin dégusté Avengers: Endgame et Spider-Man: Far From Home.

Spider-Man: Far From Home

« I’m not crying. You’re crying. »

Petit rappel contextuel pour ceux qui prendraient le train en marche : c’est en février 2015 que Marvel et Sony annoncent conjointement leur volonté de s’associer pour « rebooter » la franchise Spider-Man. Les deux studios signent alors un contrat portant sur trois films solo, et prévoyant également des apparitions de l’homme-araignée dans d’autres longs métrages du MCU.

La première apparition du nouveau Peter Parker, incarné désormais par le jeune et talentueux acteur britannique Tom Holland, se fera dans le troisième opus des aventures de Captain America : Civil War. Le premier film entièrement dédié au tisseur, Spider-Man: Homecoming, sortira quant à lui en juillet 2017, récoltant la bagatelle de 800 millions de dollars au box-office. Un succès qui fera sans doute dire aux pontes de Sony qu’ils ont sans conteste fait le bon choix en s’alliant avec Marvel Studios pour sauver la franchise du marasme, et qui laisse alors entrevoir de beaux jours pour l’avenir du superhéros au cinéma.

Tout commence pourtant avec un joli « couac » de communication. Probablement emballé par le carton commercial du premier film, Sony ne se tient plus et révèle dès décembre 2017 l’arrivée d’un second épisode de la franchise, allant même jusqu’à annoncer la date du 5 juillet 2019 pour une sortie en salles. Une annonce qui place le film entre les deux prochains épisodes de la saga Avengers, et qui complique quelque peu les plans de Marvel Studios. Ces derniers ont en effet prévu de faire disparaître le personnage à l’issue des événements dramatiques d’Infinity War et cette révélation de Sony risque quelque peu d’amoindrir l’impact de sa « mort ». Un faux pas qui ne sera malheureusement pas le dernier, comme on va le voir…

Pour Marvel Studios, l’objectif de ce second opus est multiple. Il s’agit d’abord de confirmer la popularité du personnage dans sa nouvelle itération estampillée MCU, en égalant, voire en dépassant, les bénéfices engrangés par Homecoming. Le film doit également servir d’épilogue aux événements d’Endgame, et notamment la disparition pendant cinq ans de la moitié de la population, en mettant l’emphase sur les répercussions à une échelle plus humaine, plus localisée autour du microcosme New-Yorkais. Ce qu’il fera d’ailleurs de manière à la fois drôle et intelligente, en intégrant un personnage secondaire qui a pris cinq de plus et qui dénote un peu avec le reste de la troupe d’amis de Parker. Enfin, il s’agit également pour le film de gérer au mieux l’impact de la mort de Tony Stark, mentor et véritable figure paternelle du jeune Peter depuis son arrivée dans le MCU. Sans oublier la volonté de Kevin Feige de continuer à proposer des « bad guys » jamais vus au cinéma. Autant d’éléments qui augmentent la prise de risque sur un projet qui, vu la popularité de son héros, pourrait à première vue sembler n’être qu’une simple formalité…

Earth 600-sel

Spider-Man: Far From Home

Quentin Beck, alias Mysterio, le troll du multiverse.

Enchaînant sur l’excellente dynamique d’Homecoming, la phase de préproduction de Far From Home démarre dans une atmosphère particulièrement idéale. Marvel Studios et Sony sont tous deux emballés par l’idée de retravailler avec Jon Watts, avec qui le courant est manifestement bien passé sur le premier film, et il s’impose rapidement comme le bon choix pour prendre les commandes de cette suite très attendue. Comme on l’a souvent vu avec Marvel Studios, le modus operandi est : « on ne change pas une équipe qui gagne ! » Les négociations avec le réalisateur débutent en juillet 2017, et débouchent donc naturellement sur une annonce officielle en décembre de la même année : c’est bien lui qui chapeautera ce second opus de la franchise. Une décision rapide qui va lui permettre de travailler main dans la main avec les frangins Russo, qui finalisent alors le chantier Endgame, histoire de s’assurer d’une parfaite cohérence entre les deux projets.

Côté scénario, le boulot est confié à deux des six (6 !) scribes ayant collaboré sur l’écriture du premier film : Chris McKenna et Erik Sommers. Le duo scelle le deal en août 2017, et se met immédiatement au boulot. D’autant que le temps presse, le début du tournage étant prévu pour juillet 2018. En juin 2018, Tom Holland annonce officiellement (et non plus par mégarde, comme c’est souvent son habitude) le titre de cette suite. Le deuxième volet des aventures de Spider-Man s’intitulera donc Far From Home, référence au voyage scolaire européen qu’entameront Peter et ses amis pour l’occasion.

Après avoir un instant hésité à faire revenir le Vulture (Michael Keaton était a priori en négociations avec le studio), Marvel Studios décide finalement de confier le rôle d’antagoniste principal à une autre Némésis emblématique de l’homme-araignée dans les comics : le machiavélique Mysterio. Alter ego de Quentin Beck, acteur manqué et en quête d’un petit boost d’ego, Mysterio va jouer le sauveur opportun et chercher à tirer la couverture médiatique à lui par le biais de redoutables illusions. Pour ceux qui voudraient en apprendre plus sur ce personnage complexe et hautement visuel, je vous invite à jeter une oreille à l’épisode 59 des Clairvoyants, dans lequel on lui tire le portrait avec mes camarades Foxmonsieur et Arkeon.

Comme toujours avec Marvel Studios, le tournage se déroule dans le plus grand secret, et quitte cette fois-ci de la ville d’Atlanta (où s’était déroulée la majeure partie du tournage du premier film) pour s’expatrier en Europe, principalement à Londres, mais également en République tchèque, à Venise, pour terminer en décembre 2018 à New York, havre du célèbre tisseur. Et pendant que les caméras de Jon Watts tournent à plein rendement, la production distille les premières révélations sur le film avec parcimonie. L’acteur américain Jake Gyllenhaal est annoncé dans le rôle de Mysterio, et on apprend également la présence au casting de deux personnages importants du MCU : Nick Fury (incarné par l’infatigable Samuel L. Jackson) et son inséparable bras droit, Maria Hill (à qui l’actrice préférée de Caféine, Cobie Smulders, prête ses traits).

Peter Parker fait le singe

Spider-Man: Far From Home

The Amazing Night Monkey.

Lors d’une conférence qu’il tient à la CCXP (Comic Con Experience) brésilienne, le président de Sony continue de distiller des bribes d’informations sur le film. Il y annonce notamment que le film mettra en scène les Elementals, d’autres méchants iconiques des comics Marvel, qui à l’occasion de leur passage sur grand écran seront en outre inspirés d’ennemis historiques de ce brave Spider-Man (Hydro-Man pour l’Élémentaire de l’eau, Molten Man pour le feu, etc.)En avril 2019, alors que la campagne de promotion pour Avengers: Endgame bat son plein, Sony fait savoir que la date de sortie de Far From Home est finalement avancée de quelques jours, au 2 juillet 2019. Au même moment, Kevin Feige, qui assure la promotion du quatrième film des Avengers à Shanghai, confirme que Far From Home servira bel et bien d’épilogue à la Phase 3 des films du MCU, et ne sera donc pas le coup d’envoi de la Phase 4, comme on l’avait cru un moment.

Finalement, après un tournage sans encombre, la longue phase de postproduction, comportant notamment l’intégration des nombreux effets requis par un personnage aussi visuel que Mysterio, démarre fin 2018 pour se conclure un peu plus de six mois plus tard, en juin 2019, soit quelques semaines à peine avant la sortie du film en salles. On a déjà parlé à de nombreuses reprises de l’habitude de Marvel Studios de travailler en flux tendu, Far From Home ne déroge pas à la règle et, comme tous les autres projets du MCU, l’équipe aux commandes du long métrage fignole les derniers détails sur fil. Côté bande-son, c’est sans grosse surprise le compositeur Michael Giacchino qui s’occupe de la partition, Marvel Studios ayant visiblement été conquis par son boulot sur Homecoming (et également Doctor Strange).

De la friture sur la ligne

Spider-Man: Far From Home

« Nope, ce pyjama n’est pas à moi. »

Si en ce qui concerne la phase de production, tout se déroule sans encombre, il n’en va pas de même avec la campagne de promotion du film. Dans le contrat signé avec Marvel Studios en 2015, Sony a en effet conservé la pleine jouissance de tout l’aspect marketing des films de la franchise Spider-Man. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la coordination avec la Maison aux Idées pêche un peu. Comme on l’a vu en ouverture de ce dossier, la première fausse note se produit quelques semaines après la sortie d’Homecoming, quand le boss de Sony annonce sans attendre la mise en chantier d’un deuxième volet. Une décision qui entre un chouïa en conflit avec la volonté de Kevin Feige de préserver au maximum le secret autour des deux films de la franchise Avengers.

Les choses se compliquent encore en janvier 2019 quand Sony décide un peu précipitamment de mettre en ligne la première bande-annonce de Far From Home. Une décision un peu étrange, surtout au regard des événements d’Infinity War, et de son final pour le moins teinté d’ambiguïté, particulièrement en ce qui concerne la destinée de Peter Parker, alors considéré comme disparu suite au claquement de doigts de Thanos. Et même si personne n’est vraiment dupe concernant le sort des personnages volatilisés à la fin du troisième film des Avengers, ce spoiler maladroit fait tout de même un peu d’ombre à l’arc narratif global du MCU. Difficile de ne pas y voir un manque évident de concertation entre les deux studios, Marvel d’un côté gérant la production du film, et Sony de l’autre s’occupant du marketing et de la distribution. Dommage.

Bon, rien de dramatique non plus : on sait tout au plus que Spider-Man va manifestement refaire surface à l’issue d’Endgame, mais on ignore encore comment. On ne peut néanmoins pas s’empêcher de trouver tout cela un peu étrange et brouillon, et sans conteste un faux pas qui endommage un peu le secret entretenu d’habitude par Marvel Studios autour de ses projets. D’un autre côté, on peut difficilement jeter la pierre à Sony, contraint d’assurer la promotion du film dans une configuration et des délais pas franchement idéaux. Valait-il mieux attendre début mai, après la sortie d’Endgame, pour commencer à parler de Far From Home, alors que le film est prévu pour début juillet dans les salles ? Pas si sûr…

JJJ ? GG !

Spider-Man: Far From Home

J’avoue : j’ai poussé des petits cris de fanboy quand j’ai découvert sa bouille à la fin de Far From Home. Jugez-moi.

Heureusement, ce premier trailer ne dévoile aucun élément majeur du dernier film de la saga Avengers, et garde intelligemment le silence sur le sort de Tony Stark. Il faudra attendre la deuxième bande-annonce, qui sort elle en mai 2019 (donc après Endgame), pour commencer à y découvrir des indices plus conséquents, et notamment la mort de Tony Stark. Mais cette fois-ci, anticipant la grogne des fans, Sony place un court avertissement de Tom Holland au début du trailer, prévenant le public que celui-ci dévoile des points importants de la trame d’Endgame. Sage décision. Cette nouvelle bande-annonce fait un score plus qu’honorable, totalisant pas moins de 135 millions de vues en 24 heures, soit 5 millions de plus que la première, et 20 de plus que celle d’Homecoming. Ce deuxième opus s’annonce clairement sous les meilleurs auspices.

Petite parenthèse au passage sur cette seconde bande-annonce : on y découvre plusieurs scènes qui ne figureront finalement pas dans le produit final. Un phénomène qui est plutôt monnaie courante avec le MCU, et que Jon Watts expliquera par le besoin de simplifier le premier arc du film en laissant tomber une séquence entière qui consistait à suivre Peter Parker complétant sa « to-do list » avant le départ pour son grand voyage européen. On espère qu’on pourra découvrir cette fameuse séquence dans les bonus du Blu-ray, pourquoi pas sous la forme d’un One-Shot, une petite pastille que la plupart des fans aimeraient beaucoup voir revenir sur les galettes du studio (et dont on vous parlait ici).

Le milliard ! Le milliard !

Spider-Man: Far From Home

Jon Watts, manifestement très dubitatif des choix vestimentaires de Tom Holland.

La première du film se déroulera le 26 juin 2019 à Hollywood, avant de sortir en salle partout dans le monde, d’abord en Chine et au Japon le 28 du même mois, puis le 2 juillet aux États-Unis et dans le reste du monde. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le succès est au rendez-vous : Far From Home sera en effet le tout premier film Spider-Man (toutes franchises confondues) à dépasser le milliard de dollars au box-office, ainsi que le troisième film Marvel Studios de l’année à dépasser cette barrière symbolique (Captain Marvel affiche au moment où j’écris ces lignes un insolent 1,128 milliards de dollars au compteur, tandis qu’Endgame est allé détrôner Avatar en tête du classement des films les plus rentables avec un impressionnant 2,795 milliards).

En outre, par le biais de ses deux séquences post-générique, Spider-Man: Far From Home ouvre la voie à des développements plutôt excitants pour la suite. D’abord, l’arrivée très attendue de J. Jonah Jameson (toujours incarné par le magnifique J.K. Simmons) dans l’univers partagé de Marvel Studios, cette fois-ci reconverti en tête de pont d’un site web très ancré à droite. Ensuite, via une scène montrant Nick Fury dans une sorte de station spatiale, Marvel Studios semble vouloir teaser l’arrivée du SWORD dans le MCU. Une décision qui aurait du sens, surtout avec l’intronisation toute récente de Captain Marvel.

Curieusement, alors qu’on sait depuis avril 2017 de la bouche même du président de Sony qu’un troisième film est officiellement en chantier, Spider-Man ne faisait pas partie des annonces officielles de la Phase 4 (qu’on vous résumait dans cet épisode des Clairvoyants). Il s’incrustera donc plus que probablement dans la Phase 5, a priori prévue pour démarrer en 2022. Et une fois encore, il s’agira d’opposer l’ami Peter Parker à un adversaire inédit sur grand écran. On murmure d’ailleurs qu’il pourrait s’agir de Kraven le Chasseur, un « supervillain » assez barré, apparu pour la première fois en 1964, dans The Amazing Spider-Man #15. Mais ça, on aura l’occasion d’en reparler, quand déboulera l’annonce officielle du troisième volet des aventures de l’homme-araignée.

En attendant, pourquoi ne pas lire ou relire les autres parties de cette grande saga ?


Note : cet article est l’équivalent de 4 à 5 pages de magazine. Il n’est possible de rédiger des papiers de cette taille que grâce à nos soutiens Paypal, mais surtout à nos patrons. Oui, on sait, c’est pas le bon terme. Mais nous, ça nous fait rire. Et quand on reçoit des sous aussi, d’ailleurs. Du coup, merci à vous, qui mettez la main à la poche pour nous inciter à bien bosser ! Et si vous n’avez pas encore franchi le pas, pensez à soutenir Geekzone pour que nous puissions augmenter la cadence !

Vous devriez également aimer…